2003: bâtiment provisoire, en paille et terre séchée
2003: bâtiment provisoire, en paille et terre séchée

°°°Des écoles pour s'instruire

D'abord à Médé:

 

Il n’existait, dans la zone de Médé, aucune école pour les nombreux enfants du village, qui travaillaient avec leurs parents dans les champs. Il était donc essentiel que ces enfants soient scolarisés sur place. Avec l’appui des autorités traditionnelles tchadiennes (sultan...), l'école a été rendue obligatoire en brousse.

 

En 2003, un bâtiment provisoire qui accueillait 120 enfants a été construit en paille et terre séchée. En 2005-2006, un premier bâtiment en dur a été édifié avec le concours de la population locale, l'aide financière de partenaires publics et de donateurs privés français et le soutien logistique de l’armée française au Tchad. Trois autres classes ont été achevées en 2007. En 2008-2009, une bibliothèque, un local administratif, des logements pour les enseignants, des sanitaires et un forage d'eau potable sont venus compléter le groupe scolaire.

 

 


°°L'inauguration du groupe scolaire Pierre Peaudecerf a été réalisée en janvier 2009..

Groupe scolaire et logements
Groupe scolaire et logements

 Composé désormais de six classes, utilisées pour l’enseignement primaire le matin (300 élèves) et pour le secondaire l’après-midi (100 élèves), le groupe scolaire Pierre Peaudecerf a été inauguré en janvier 2009 et remis aux autorités tchadiennes qui en assurent maintenant l'entretien et qui nomment et rémunèrent les instituteurs formés à l'école normale de N'Djaména.

 

L'aboutissement de ce projet n'aurait pu se faire sans le concours de partenaires publics : Ambassade de France ( Fonds de solidarité et de développement) - Région Centre - Conseil général du Loiret - Ville d’Orléans et privés Lion’s club de Fayence -  société Zaïn (Tchad) - particuliers...

 


L'une des six classes
L'une des six classes

 

 Ensuite à Malboum:

 

Compte tenu des résultats obtenus par ADDAT au plan éducatif, les autorités traditionnelles de Malboum, village situé à 100 km de Médé, ont demandé à l'association de participer à la construction, dans ce village, d'une école "en dur". Addat a accepté .

 2  classes ont ainsi été réalisées avec l'aide des villageois (main d'oeuvre gratuite) et d'ADDAT, qui a fourni les matériaux de construction. 2 classes étaient donc opérationnelles pour la rentrée d'octobre 2013.

 

 

les enfants de Malboum apportent des briques  pour la construction de leur future école
les enfants de Malboum apportent des briques pour la construction de leur future école
Ecole de Malboum (façade arrière) -septembre 2013
Ecole de Malboum (façade arrière) -septembre 2013

Ecole de Malboum (Sultan et instituteur)

Enfin à Domballa:

Le chef du village de Domballa, situé à 15 km de Médé, a demandé à ADDAT de l'aider à construire une école en "dur", en remplacement de la petite école communautaire actuelle, faite de paille et de terre séchée, sans mobilier scolaire, qu'il faut reconstruire après chaque saison des pluies et qui est fréquentée par un nombre réduit d'enfants, les autres allant dans l'école la plus proche, située à 10 km de Domballa.

Addat a accepté de participer, en 2017, à cette réalisation dans les conditions suivantes: les villageois fabriqueront gratuitement les briques en terre cuites dans des fours à bois, élèveront les murs et couvriront le toit de tôles. Addat  fournira les matériaux de construction (ciment, fers à béton, charpente en bois et tôles pour le toit). Le chef du village de Domballa  sera responsable du chantier. Il sera aidé par le chef du village de Médé , dont la technicité  en matière de BTP est reconnue pour avoir été acquise en participant, depuis plus de 10 ans, à toutes les réalisations d'Addat. La représentante permanente d'Addat au Tchad supervisera les travaux.

L'école de Domballa serait alors semblable à celle de Malboum, déjà réalisée par Addat (2 classes pour 80 enfants).

Les travaux devraient commencer au cours du 1° trimestre 2017 et être terminés pour la rentrée scolaire d'octobre 2017.

.... Par ailleurs, Addat a aidé à plusieurs reprises des étudiants tchadiens à financer leurs études à l'étranger sous réserve de rentrer au Tchad à la fin des cursus universitaires.